next up previous
monter: COURS PREMIER précédent: LA CELLULE

A partir d'ici, les choses commencent à devenir sérieuses, et les allusions humoristiques plus rares.



LE TRAITEMENT DES EPREUVES :

Quelles sont les questions qui doivent être posés ?

  1. La durée de développement, l'agitation, la température, la conservation du révélateur.
  2. Le bain d'arrêt.
  3. La dilution du bain de fixage, la durée de fixage, la conservation du bain de fixage.
  4. La durée de lavage des épreuves, l'aide au lavage, les virages pour la conservation, les précautions à prendre avec les produits de virage
  5. Le séchage des épreuves.

Les réponses :

Le tirage noir et blanc n'est plus un produit de grande consommation depuis longtemps. Il est largement devancé sur ce terrain par la couleur car elle est plus séduisante, plus attrayante, plus accessible, plus facile, plus éclatante, plus rassurante, d'un certain point de vue plus proche de la vision humaine. Tandis que le noir et blanc est plus abstrait, plus proche du langage et des symboles, plus narratif, plus concis mais plus distant aussi. C'est donc un processus de plus en plus artisanal. Sans être un produit de luxe, on peut le voir comme un produit d'exception. C'est pourquoi il faut lui apporter ce qu'il y a de meilleur dans son élaboration ; dont le papier baryté.

L'exposition d'un négatif demande une précision de l'ordre du 1/3 de diaphragme. N'est-il pas très étonnant de savoir qu'une variation de moins d'1/50 de diaphragme est perceptible sur un tirage papier ? On est donc amené à choisir entre 20 secondes d'exposition et 20,4 par exemple. Comment choisir ? C'est le début de l'interprétation...

Voilà pour un début.



JeanLouis Louere
14-10-2000